Parce que cela ne fait qu'empirer..


A l'heure actuelle, le harcèlement est toujours présent.. Mais il se poursuit en dehors de l'école. Via les réseaux sociaux, par mail, par téléphone (sms ou appels). Certains ne disent rien, car on les menaçent et ils ont peur.. Alors ils sombrent. Certains s'en sortiront, mais certainement pas sans en être affecté. D'autres, choisiront d'en finir.. A l'époque, une fois rentré à la maison c'était fini.


J'étais en CE1 et jamais je n'aurai cru que j'avais vivre une année comme celle-ci. Les enfants sont méchants, presque toute la classe était contre moi. Qu'avais-je bien pu leur faire?
Des insultes, des coups.. Un traumatisme très fort, répercussion sur mon travail en classe.
J'ai redoublé, exprès sûrement, pour ne plus être avec eux et espérer qu'ils ne s'en prennent plus à moi. Ma mère ne l'a jamais vraiment su..

Cela a été bénéfique, je suis repartie du bon pied et ils m'ont oublié.


J'ai recueilli le témoignage d'une jeune fille dont je ne citerai pas le prénom. Elle a été victime du harcèlement et cyber harcèlement et a accepté de répondre à mes questions.

Bonjour, je m'appelle mademoiselle A et j'ai 19 ans.

Quand as-tu été harcelée pour la 1ère fois?
La 1ère fois était en août 2012. J'étais avec un garçon violent, nocif. J'ai décidé de le quitter pour me protéger. Mais pour se "venger", il a publié une photo de moi sur le célèbre réseau Facebook avec  tout un tas d'insultes écrit à mon égard. Ses ami(e)s ont fait tourner cette photo et de ça, j'ai reçu des insultes à longueur de journée, aussi par des inconnu(e)s. J'ai donc réalisé des captures d'écrans pour aovir des preuves et fermer mon compte. Suite à cela, ils ont tous continuer:appels inconnus, sms d'insultes.. Puis un jour, mon ex m'attendait à la sortie du lycée et il a voulu me frapper.. Par peur de lui, je n'ai réussi qu'à faire une "main courante" à la police.
3 ans plus tard, cela a recommencé mais avec d'autres personnes qui me trouvait juste "banale": ils m'ont mise de côté, m'appellaient et m'insultaient. Je suis alors tomber en dépression...

Quel sentiment as-tu ressenti?
J'ai ressenti de la honte, beaucoup de honte.. Je me sentais seule, démunie. Je me suis même mutilée.

Combien de temps cela a-t-il duré?
L'histoire de la vengeance de mon ex a duré de août 2012 à novembre 2012. Celle de 2015 a duré un an (jusque 2016).

En as-tu gardé des séquelles?
Je ne parlerai pas de séquelles mais plutôt d'angoisses. Je n'ose plus prendre le bus seule, les attroupements autour de moi me font peur.. Je ne me sens plus en sécurité.
Mais malgré tout, j'ai cette volonté de faire du harcèlement et cyber-harcèlement mon combat pour toujours!

Encore merci à elle, d'avoir bien voulu partager son vécu.

Je ne vous cache pas que j'ai peur, peur pour mes fils. Quand ils voudront un smartphone, avoir un compte facebook ou autre... On entend tellement de choses. On dit surtout au grand de le dire à son institutrice. On lui dit aussi ne pas se laisser faire, même si il se fait punir. Si bien sûr , c'est justifié. Je ne voudrais pas qu'il le fasse sans raison. Il n'est déjà pas d'une nature violente..
Mais je ne veux pas qu'il ai peur, qu'il se renferme. Pour le moment, on le préserve car il est encore trop "jeune" pour avoir un smartphone ou autre. Mais par la suite, il faudra que l'on fasse attention. Il avancera avec son temps, qui ne sera peut-être plus pareil niveau technologie. Mais j'espère qu'il ne rencontrera pas ce problème..


On verra à ce moment-là, inch'Allah.




6 commentaires:

  1. Absolument, c'est une terrible réalité. C'est pour ça que je propose des sites et des numéros utiles en cas de problèmes de ce genre, vers qui se tourner, libérer sa parole ! Si ça peut aider les jeunes en détresse : http://la-parenthese-psy.com/infos-pratiques/un-probleme-un-site-un-numero/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre commentaire.. Car bien souvent les jeunes n'osent pas en parler. Je peux rajouter votre lien dans l'article si vous le souhaitez

      Supprimer
  2. Je t'avoue que moi aussi j'ai peur quand il sera plus grand.
    On sait tous que des enfants, des ados, peuvent être très méchant entre eux. Parfois ils n'en ont pas conscience, parfois c'est aussi parce que eux sont mal et la plupart du temps ne se rendent pas compte des dégâts qu'ils causent. Enfin je préfère penser ça plutôt que me dire qu'ils aiment faire mal (même si ça doit exister).
    Je le dis très clairement je ne voudrai pas grandir maintenant, car à l'époque (on dirait une vieille oups) il n'y avait pas tous ces réseaux sociaux alors qu'aujourd'hui un seul clic, une photo peut tout faire basculer et les infos se propagent très vite.
    Moi tu vois à l'école, j'étais la grosse, la filles à lunettes, l'intello, sûrement que je n'aurais pas été populaire sur les réseaux.
    Bises et merci pour cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de l'avoir lu ma belle. Non à l'époque, comme je disais, on rentrais à la maison et on oubliait.. jusqu'à ce qu'on y retourne le lendemain. Mais maintenant, il y a les mails, les sms, les appels, les réseaux sociaux.. C'est pire! Moi non plus je n'étais pas populaire et je me suis aussi faite chambrer en secondaire. Et puis j'acceptais à ma table de dîner ceux que l'on rejetait.. Lol. Bisous

      Supprimer
  3. Merci de nous livrer ce témoignage difficile.. Je pense que la communication est essentielle dans ce genre de problèmes, elle peut sauver des vies..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'avoir plus le temps de le lire.. Oui, il faut que les jeunes en parlent pour éviter que cela n'empire.

      Supprimer