Poser des mots sur des maux


Ils sont toujours là, ancré en moi..

La première fois qu'ils sont apparus, c'était il y a 4 ans. Tu t'y attendais car il était condamné à partir.. Pendant 1 an tu l'as vu souffrir, où tu as prié pour qu'il parte car tu ne voulait plus qu'il ait mal.. Et là, ta prière est exaucée mais avec les hormones de cette grossesse si fatiguante, ils t'envahissent.. Tu ne dois pas te laisser aller.

Au fil des ans, ils diminuent. Ils ne disparaissent jamais réellement mais avec le temps s'estomptent. La vie continue.

Tu les avaient oubliés jusqu'au moment où ils te frappent à nouveau, l'année passée. Tu t'en prend plein la figure.. Et tu ne t'y attendais pas. C'était si brutal. Ceux-là, ils sont beaucoup plus douloureux, plus intenses. Ils te déchirent le coeur, te le réduise en miette. Tu as mal, très mal. Elle était tout pour toi. Ils m'ont emprisonné en moi, m'ont fait me terrer.. à ne vouloir voir personne hormis mon petit cocon familial, ma bouffée d'oxygène. Je vis pour eux et pour Allah.

Car malgré les maux, j'ai la foi..




2 commentaires:

  1. C'est très dur de perdre ses parents...à l'approche de cette période de fête des mères et de fête des pères encore plus.
    Cette année j'ai envie d'écrire un article dessus mais je ne sais pas si je vais oser, je suis triste pendant cette période quand je pense que je n'ai jamais pu dire le mot "papa".
    Je t'envoie plein de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que c'est plus dur quand tu es jeune de les perdre.. Tu devrais, cela te ferait beaucoup de bien petite soeur. Tu sera certainement en pleurs pendant son écriture mais cela te libèrera.. Quand tu te sentiras prête.. Je t'embrasse bien fort :*

      Supprimer